Le blog retraite qu'il vous faut pour tout comprendre sur vos droits et votre pension retraite : c'est avec Perspectives Retraite !

Partager
cet article

Article

Quelles démarches lorsque mon salarié atteint l’âge de la retraite ?

Auteur : Leïla Bikiny
RESPONSABLE RETRAITE - ASSOCIÉE
Temps de lecture : 6
Mon salarié atteint l'âge de la retraite : quelles démarches dois-je réaliser en tant qu'employeur ?

Le point essentiel à savoir concernant la retraite de votre salarié : vous ne pouvez pas lui imposer de départ à la retraite avant l’âge de 70 ans. Votre salarié peut vouloir continuer à travailler par peur de l’ennui ou de la perte de revenus.

Alors quelles sont les démarches à réaliser lorsque votre salarié atteint l’âge de la retraite ? Nous répondons à toutes les questions que vous vous posez.

Table des matières

Quelles formalités avant 70 ans ?

Interroger votre salarié par écrit sur son intention de départ à la retraite s’il a atteint l’âge d’ouverture automatique du droit à pension de retraite à taux plein, c’est-à-dire de 67 ans jusqu’à ce qu’il ait 70 ans.

En cas d’acceptation ?

Consultez votre convention collective afin de définir la procédure applicable, et surtout s’il s’agit d’un salarié protégé, vous devrez obtenir l’autorisation de l’Inspection du Travail, même si votre salarié a donné son accord.

Votre salarié refuse ?

Dans ce cas, vous devrez interroger votre salarié, toujours par courrier, chaque année jusqu’à ses 69 ans.

Votre salarié a 70 ans, quelle procédure ?

Vérifiez votre convention collective afin de savoir si elle prévoit le respect d’une procédure particulière, s’il s’agit d’un salarié protégé, sollicitez l’accord de l’Inspection du travail.

Vous devrez respecter le même délai de préavis que celui prévu en cas de licenciement pour fixer la date de son départ à la retraite. Comme toujours, vos courriers doivent être envoyés en lettre recommandée avec accusé de réception, pour conserver une preuve de vos envois.

De nouvelles obligations sont applicables avant un départ en retraite

A.     Organisation d’une visite médicale de fin de carrière

Depuis le 1er octobre 2021, les salariés qui ont bénéficié du dispositif de suivi individuel renforcé doivent passer une visite médicale de fin de carrière.

Le Code du travail prévoit depuis 2018 que « Les travailleurs bénéficiant du dispositif de suivi individuel renforcé (…), ou qui ont bénéficié d’un tel suivi au cours de leur carrière professionnelle, sont examinés par le médecin du travail au cours d’une visite médicale, avant leur départ à la retraite.

Cet examen médical vise à établir une traçabilité et un état des lieux, à date, des expositions à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels (…) auxquelles a été soumis le travailleur. Le médecin du travail a la faculté, s’il constate une exposition du travailleur à certains risques dangereux, notamment chimiques, (…), de mettre en place une surveillance post-professionnelle en lien avec le médecin traitant ».

Un décret du 9 août 2021 précise qu’il s’applique aux salariés :

  • bénéficiant ou ayant bénéficié d’un suivi individuel renforcé (SIR) de leur état de santé prévu à l’article L. 4624‐2 (c’est-à-dire les salariés soumis à un examen médical d’aptitude) ;
  • ayant bénéficié d’un suivi médical spécifique (SMS) du fait de leur exposition à un ou plusieurs des risques, antérieurement à la mise en œuvre du dispositif de SIR.

Sachez que la loi santé du 2 août 2021 modifie l’article du Code du travail qui prévoit cette visite médicale de fin de carrière.

A compter du 31 mars 2022, cette visite devrait avoir lieu « dans les meilleurs délais après la cessation de leur exposition à des risques particuliers pour leur santé ou leur sécurité ou, le cas échéant, avant leur départ à la retraite ». Ce texte fait également référence à une surveillance post-exposition.

B.     Sensibiliser les salariés qui partent à la retraite aux gestes qui sauvent

Avant le départ volontaire à la retraite d’un salarié, vous devez lui proposer une formation sur la lutte contre l’arrêt cardiaque et aux gestes qui sauvent, cette formation doit être effectuée pendant les heures de travail et elle est considérée comme du temps de travail.

Cette nouvelle obligation a été inscrite par la loi du 3 juillet 2020 créant un statut de citoyen sauveteur, elle a pour objet de lutter contre l’arrêt cardiaque et sensibiliser aux gestes qui sauvent.

Cette sensibilisation doit permettre au salarié d’acquérir les compétences nécessaires pour :

  • assurer sa propre sécurité, celle de la victime ou de toute autre personne et transmettre au service de secours d’urgence les informations nécessaires à son intervention ;
  • réagir face à une hémorragie externe et installer la victime dans une position d’attente adaptée;
  • réagir face à une victime en arrêt cardiaque et utiliser un défibrillateur automatisé externe.

Bon à savoir : Cette loi a créé un statut de citoyen sauveteur afin d’accorder une protection juridique aux personnes qui portent bénévolement secours. Les citoyens portant bénévolement secours bénéficient d’un statut de collaborateur occasionnel du service public. Ce statut leur permet d’être protégés en cas d’intervention (exonération de la responsabilité civile).

C.     La remise d’un état récapitulatif de l’épargne salariale

Quel que soit le motif de départ d’un salarié, vous devez lui remettre un état récapitulatif de l’épargne salariale en même temps que tous les éléments de fin de contrat. Cet état reprend les sommes et valeurs mobilières épargnées dans le cadre des plans d’épargne salariale et de retraite d’entreprise. Depuis le 28 février 2021, cet état reprend aussi les informations des contrats de retraite supplémentaire.

En effet, suivant le rapport de la Cour des comptes de 2019, il y a environ 13,3 milliards d’euros de contrats de retraite non réclamés passé l’âge de 62 ans.

Ceci concerne principalement les contrats collectifs souscrits par les entreprises, donc les employeurs sont chargés, s’ils sont concernés, d’informer les salariés de l’existence des contrats de retraite supplémentaire.

Cet état distingue les actifs disponibles, en mentionnant tout élément utile au salarié pour en obtenir la liquidation ou le transfert.

Depuis le 28 février 2021, cet état est complété des informations relatives aux sommes et valeurs mobilières épargnées ou transférées :

  • dans un régime obligatoire et collectif d’entreprise de retraite supplémentaire à cotisations définies dits régime « article 83 » ;
  • dans un régime de retraite professionnelle supplémentaire à prestations définies ;
  • dans un régime supplémentaire de retraite collectif et adhésion facultative à cotisations définies dit régime « article 82 ».

Combien coûte un départ à la retraite ?

Le calcul et les conséquences fiscales et sociales de cette indemnité de départ ne sont pas les mêmes, selon qu’il s’agisse d’un départ volontaire à l’initiative du salarié ou d’une mise à la retraite par l’employeur.

Perspectives Retraite vous proposera prochainement un article explicatif sur les modes de calcul et les incidences fiscales et sociale de ce départ à la retraite.

Vous faire accompagner par un expert retraite

Savez-vous qu’en tant qu’employeur, vous pouvez faire bénéficier à vos salariés d’un complément de rémunération par le biais de services à la personne ?

1 830€ par personne et par année civile peuvent être distribués chaque année, déductibles de votre bénéfice imposable, totalement exonérés de charges sociales, plus un crédit d’impôt de 25 % pour votre société.

Pour rassurer vos salariés, vous pouvez leur conseiller d’effectuer un bilan retraite avec un conseiller Perspectives retraite. Ils bénéficieront d’un accompagnement personnalisé pour anticiper, appréhender, comprendre le montant de leur future pension de retraite.

Et pourquoi pas lui proposer du cumul emploi-retraite ou une retraite progressive ?

Pour les particuliers, vous bénéficierez d’un crédit d’impôt de 50 % du montant de la prestation de notre cabinet d’experts Perspectives Retraite. Contactez-nous pour réaliser votre bilan retraite, vos démarches de pension de réversion, votre liquidation de retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ces articles peuvent vous intéresser
Être au chômage à 50 ans ou plus : quel impact sur votre retraite et comment faire pour optimiser ses droits ?

Chômage à 50 ans : qu’en est-il de vos droits retraite ?

Les demandeurs d’emploi de plus de 50 ans sont les plus concernés par le chômage de longue durée, du fait de la réticence des entreprises à embaucher un salarié expérimenté. Face à cela, certaines règles de l’assurance chômage ont été aménagées pour les demandeurs d’emploi de plus de 50 ans.

LIRE LA SUITE
Préparer sa retraite

Pourquoi faire appel à Perspectives Retraite ?

Lorsque vous faites appel à Perspectives Retraite, vous bénéficiez :

  • D’un interlocuteur unique, spécialiste et expert en retraite ;
  • D’une assistance sur toutes vos questions autour de la retraite et des réformes ;
  • D’un accompagnement clé-en-main et de prestations sur mesure selon votre besoin.
Selon votre situation personnelle,
Perspectives Retraite vous permettra de mieux préparer votre retraite !
Pour aller plus loin
1 retraite sur 7 erronée d'après le dernier rapport de la Cour des comptes (2021) : qu'en est-il de votre dossier et comment vous assurer que vous bénéficierez de tous vos droits à le retraite, sans erreur ?

Une retraite sur 7 erronée en 2021 : qu’en est-il de votre pension ?

Dans son rapport sur l’exercice 2021 de la branche vieillesse de la Sécurité sociale, la Cour des comptes épingle une nouvelle fois les dysfonctionnements récurrents touchant les calculs effectués au moment de la liquidation des retraites de base. Une retraite sur 7 serait erronée !
Alors, comment s’assurer que ça ne soit pas le cas pour son dossier retraite ?

LIRE LA SUITE

Partager
cet article

Perspectives Retraite votre partenaire pour la gestion de votre retraite
Merci pour votre confiance !

Votre demande a été prise en compte. Vous serez contacté(e) d’ici 48H par votre conseiller